Décalé

Deux mille dix neuf


Deux mille dix n’oeuf, équilibre entre rêve et réalité ?

                        Insomnie

                        En chien de fusil

                        Juste le bruit

                        De ton inspire-expire

                        La vraie solitude sera-t-elle pire

                        pire que la solitude à deux?

                        Pas immanquablement

                        mais peut-être certainement.

                        Sur le fil du temps le funambule en déséquilibre

                        Cet insomniaque somnambule

                        Avance toujours tout seul

                        As-tu déjà vu un funambule somnambule accouplé d’un aimant?

              

Les aimants peuvent pourtant lui donner l’équilibre

Mais les tumultes de la vie peuvent casser, briser ce balancier fragile.

La chute sera-t-elle alors inévitable ?

Quelquefois, même avec son balancier il était encombré et en équilibre instable

Alors sans balancier, il sera peut-être plus libre et seul en quête du vrai équilibre

Il regardera droit devant lui ce point qu’on appel point de fuite mais qui est le point primordial

Il ne s’intéressera plus aux images que lui renvoyaient les miroirs rencontrés et dressés pendant son voyage passé.  Ce n’était qu’image déformée ou  image d’un instanté, instant fugitif, volatil vite dissipé, totalement indomptable, un instant qui a fuit aussi vite qu’il est arrivé, mais qui, bien heureusement, se renouvelle sans cesse, et qu’il va appeler Espoir.

        Quand des miroirs se brisent ,  bien regarder toutes les brisures, tous les éclats, ces fractures de miroirs sont certainement des fractales qui vont l’aider à comprendre le monde dans lequel il vit. Ces fractales constituent un outil mathématique fascinant qui permet de comprendre la structure d’objets aussi complexes et divers que le découpage minutieux d’une fougère ou les côtes dentelées du Finistère..

                        Les miroirs brisés dessinent des fractales dans lequel sa compréhension du  monde va s’engouffrer. 

Les poètes les rêveurs peuvent donc tranquillement se laisser tomber de leur fil, car ils  ont toujours été en train de rejoindre le monde d’Alice…

Dans cet an neuf,  cherchons et vivons notre absence de pesanteur avec bonheur.

Voilà comment j’ai essayé de faire pour passer du déséquilibre sur le fil du temps à un certain équilibre entre rêve et  réalité.

Les rêveurs ne communiquent jamais par les ondes de la raison mais par les vibrations qui les relient au monde. Les poètes des blogs tendent leur Fil par delà les montagnes et l’océan, par delà l’Isère et le Finistère, par delà l’univers du net, ils tissent ainsi les fils d’une langue universelle, les fils de la compréhension, de l’amitié  (l’amour serait bien présomptueux) Ils partagent tout ce qui les touche et qu’ils touchent  rendant ce fil vivant ; canal, fibre vivante de sons, de vibrations, de lumière, de silence et de calme.

 Le grand silence est ce signe qui précède, qui accompagne et qui ferme la déambulation du poète-rêveur.

Entendons ce signe comme signe  de ralliement, comme écho chantant de l’univers. 

Mettre le doux rêveur, infime parmi les infimes particules, au centre de l’univers ne peut faire de mal à personne, fractales ou pas fractales. Le monde nous a été donné, le monde est à nous. L’apprécier dans sa simplicité c’est lui donner en retour toute notre attention donc les moyens de devenir plus beau: c’est ce que j’appellerais amour universel.


Meilleurs voeux à vous tous oiseaux à plumes et à la conscience vive.

je pense à mes deux oiseaux sans plumage doré qui cherchent dans cette jungle forêt la place où ils pourront faire éclater leur créativité leur bonheur de partager leur joie quand ils atteindront la canopée cet étage supérieur où l’air et respirable et la vue meilleure…

Publicités

10 réflexions au sujet de “Deux mille dix neuf”

  1. Nous avons hérité d’une enveloppe physique, faut faire avec, après sa façon d’être, de voir, d’avancer avec son coeur, ses tripes et son âme nous appartient, rêveur ou pieds sur terre, oiseau ou… reptile, pareil et différent, l’homme est un animal qui façonne notre monde… et ce monde évolue de génération en génération, et comme il faut de tout pour le faire… 😉 on trouvera encore du n’oeuf à inventer, en industriel comme en art 😉

  2. Quand je pense à toutes ces espèces autrefois communes dans nos contrées et qui tendent à se raréfier, tandis que des hordes incontrôlables de pigeons parasités et maladifs colonisent nos centre-villes, très sincèrement ça me désole !
    Voilà un exemple du déséquilibre dans la biodiversité, je trouve.
    Mais bon, un jour viendra où ce sera le zèbre qui finira rayé… de la carte !

    Bonne année à tous les êtres sensibles.

    1. AH ah ah j’ai déjà vu certains zèbres en uniforme…

      L’Homme des villes devraient pouvoir à nouveau avoir le droit d’attraper les pigeons et d’apprécier à sa juste valeur le pigeon petits/pois
      Bonne année Yannucoj des villes

  3. Fractales vous avez dit fractale ? c’est une facture fatale pour mon esprit niant les mathématiques… Léonard de Pise seul trouvant grâce avec sa suite calculant le nombre de pétales des marguerites, celles qu’on effeuillent enfant jusqu’à la folie…
    je sème ces pétales de vœux sur ta page…et si la dernière est « pas du tout » elle sera réservée aux nuits chagrines de l’insomnie…

    1. merveilleux commentaire qui me transporte dans le pré où déjà je rêvais mes amours , j’aimerais que ces pétales de marguerite s’incrustent dans ma page comme les pétales cachés dans le papier pressé des anciens moulin à papier. Le pétale « pas du tout » sera incrusté dans la page jamais écrite.

      (Coquelicot, j’ai essayé je ne sais combien de fois de te laisser un com. sous ton Fiacre, mais mystère il n’apparait pas est-ce parce que je l’ai écrit à l’encre sympathique?
      Bonne soirée bonne nuit câline et pas chagrine.

  4. Laissons nos âmes rêveuses accrocher leurs voeux au fil du temps .
    Le début de cette année ressemble étrangement à la fin de l’ancienne mais on va lui laisser le temps d’évoluer vers l’éclaircie qui au fil des saisons nous apportera le sourire de nouveaux horizons .
    Et même si l’avenir semble quelque peu incertain, je veux croire en des lendemains plus apaisés et en de séduisantes résolutions…
    Gardons espoir et prenons le temps d’être avec ceux qu’on aime et d’ouvrir notre coeur sans penser aux jugements de ceux qui n’ont rien d’autre à faire que de médire.
    Apprécions également l’instant présent car même cabossé, il sait nous dire qu’on est vivants…
    Et ne recherchons pas des perfections futiles parce qu’en bout de course, on est quand même avenant quand on est de guingois… Je le pense bien fort !
    La vie bouillonne aussi au coeur du partage alors ajoutons encore et encore des maillons à « ce fil vivant » ..
    Bonne Année .

    1. j’avais lu « séduisantes révolutions »…
      oui ajoutons, avec des noeuds de marins, des bouts de fil à ce long fil vivant pour naviguer heureux sur le fil du temps.
      Bonne année véronique

  5. Bonsoir Jamadrou,
    Belle visite que la vôtre sur ma page ; merci pour vos voeux de bonne année ainsi que le lien de l’excellent film que je visionnerais à nouveau pour l’avoir beaucoup aimé…
    Je repasserai avec plaisir pour vous lire mieux et commenter votre écriture que j’aime beaucoup…Votre blog respire la simplicité et la douceur…

    Mes amitiés
    Manouchka

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s